Nouvelles Technologies

Le futur du robot industriel est là

Pour éviter les freins occasionnés par le coût des nouveaux robots industriels, les fabricants européens ont mis en place une nouvelle production de robots plus flexible et moins coutante. Toutefois, ce nouveau type de marché est encore très limité. Les ventes sont encore faibles mais gagne insensiblement du terrain. L’utilisation des robots collaboratifs serait indispensable dans le monde industriel du futur. Par les temps actuels, l’industrie se cantonne à l’utilisation du robot classique pour déjouer l’augmentation du prix de revient du nouveau modèle.

Les robots et la nouvelle technologie

Il va sans dire qu’avec la nouvelle technologie, le robot industriel a complètement changé. C’est une nouvelle production qui concurrence les géants robotiques de l’industrie automobile. Ces robots étaient censés travailler à une très grande vitesse et présentaient pour l’homme, un grand danger. De ce fait, il fallait les isoler dans des cages ou des parois vitrées.

Cela enrayait l’utilisation du capital humain et remplaçait tout aussi efficacement la main d’œuvre humain, ce qui présentait un grand problème dans le domaine du travail. C’est ainsi que les fabricants ont développé la création de robots collaboratifs ou tout simplement les cobots. Ces nouvelles machines sont plus onéreuses mais plus simple à programmer. Le top, c’est que le robot collaboratif est créé pour assister l’homme dans son travail et non pour le remplacer. Evidemment, le volume de production est bien moins parfait qu’avec les gros robots classiques sur une période conséquente. Actuellement, les statistiques démontrent environ 20.000 robots collaboratifs dans le monde entier.

Un design épuré

Les robots classiques étaient tous initialement destinés pour une utilisation dans les types d’industries comme l’automobile, la pharmacie, la logistique, l’agroalimentaire ou même l’aéronautique. Le développement ciblait une automatisation de toute production. Mais le coût était trop élevé et la manipulation était trop compliquée pour de petites productions. De ces problèmes a dérivé l’idée de programmer de petits robots industriels dont le coût serait assez compétitif par rapport à sa maniabilité et sa programmation.

L’idée était alors de créer un robot dont les dimensions seront proches des dimensions d’un bras humain, et capable d’accomplir des tâches simples. Il devait être programmable par toute personne non professionnelle.

Pour différencier ces nouveaux robots, il fallait les présenter sous un nouveau jour, plus simplifié. La vente a commencé à grimper dans le monde industriel et a entraîné un changement majeur au niveau mondial.

Compte tenu de l’augmentation de la demande, de multiples fabricants locaux ont commencé à apparaître dans le monde entier.

Le développement industriel faisait équiper les usines de fabrication des véhicules avec des robots industriels. Dans leur programmation, les nouvelles machines étaient censées pouvoir déplacer jusqu’à 500 kg de charge sans aucun guidage et autres systèmes. Au grand jamais, le robot industriel ne pourra pas remplacer l’homme pour les techniques de qualité d’une production industrielle.

La concurrence asiatique et européenne en matière de robots collaboratifs

Pour concurrencer le développement industriel asiatique en construction navale, les autres pays ont créé des instituts technologiques spécialisés dans la recherche en robotique industrielle.

La construction navale européenne a équipé ses usines d’un nouveau type de robot soudeur, mais n’a pas enregistré autant de succès industriel.

Par contre, il fallait se lancer dans les études et fabrication des robots flexibles pour l’industrie agroalimentaire et facilement programmable pour les petites entreprises. C’est ainsi que le robot collaboratif a fait augmenter la production agroalimentaire.